Sondages : le Front de gauche dénonce !

Ecrit par admin sur . Publié dans Non classé

Raquel Garrido, avocate de Jean-Luc Mélenchon, met en cause ce mercredi la Commission des sondages devant le Conseil d’État. Elle l’accuse de ne pas répondre à ses obligations de transparence et de cautionner des sondages erronés. Explications. Par Gaétan Supertino pour lexpress.fr.

« Nous sommes face à une manipulation de très très grande envergure. » Raquel Garrido, avocate de Jean-Luc Mélenchon et porte-parole du Parti de gauche, est bien plus remontée que n’importe quelle cote de popularité. « Il y a des vagues de sondages complètement erronés qui se baladent en prétendant refléter l’opinion publique. Et ni les médias, ni la commission des sondages ne préviennent les citoyens », fustige-t-elle.

Elle vient de mettre en cause la Commission des sondages devant le Conseil d’État, et l’audience se tient ce mercredi. À l’origine de sa colère: une enquête Harris-Interactive réalisée par Internet, datant de septembre dernier. C’est le traitement par la Commission de cette dernière qui est mis en cause. L’avocate reproche à l’organisme public, chargé de contrôler les sondages et de vérifier qu’ils n’influencent pas l’opinion à partir de données biaisées, d’avoir bafoué la loi. La commission n’aurait pas été en mesure d’expliquer au public les critères sur lesquels Harris-Interactive s’est basé pour parvenir aux résultats parus dans la presse.

« Selon le sondage, l’abstention approche les 0%, c’est impossible! »

« Or la loi impose à l’institut de sondage de déposer une notice à la commission, pour que celle-ci puisse expliquer à n’importe quel citoyen lambda comment l’enquête a été réalisée. Mais nous avons demandé, à plusieurs reprises, à la commission de nous présenter cette notice. Et elle s’est contentée de nous faire parvenir un document de quatre pages incompréhensibles, qu’elle a copié-collé à partir du site de l’institut », déplore Raquel Garrido.

Et, selon elle, le sondage en question, « et c’est le cas de beaucoup d’autre, notamment ceux réalisés à partir d’Internet », serait tout simplement faux. Dans les résultats par exemple, le taux d’abstention approche les 0%. « C’est tout bonnement impossible », estime l’avocate. Ce sondage ne reflète pas la réalité. »

Les sondages réalisés sur Internet en effet, se font en réponse à des mails reçus par un panel d’internautes. Les sondés acceptent d’eux-mêmes de répondre à l’enquête, et ne sont donc pas convoqués au hasard par téléphone. Ceux qui acceptent de répondre le font généralement car ils ont déjà une idée de leur candidat. Ce qui fait qu’il n’y a jamais d’abstention. De plus, les sondés sont rémunérés. « Et cela biaise le jugement », assure Raquel Garrido.

>article lisible sur placeaupeuple2012

 

Rétrolien depuis votre site.