Politique de la ville: reconnaître l’urgence sociale !

Written by admin. Posted in Politique de la ville

Voici l’intervention d’Odile Blein sur le règlement d’intervention adopté par la Métropole pour la politique de la ville. Le groupe des élus-es communistes s’est abstenu.

« Nous avions déjà donné notre sentiment en juin, lors de la signature de la convention cadre du contrat de ville. Le gouvernement de Manuel Valls a choisit de faire sortir 1 200 quartiers de ces dispositifs, ce qui représente 20 quartiers et des dizaines de milliers de concitoyens à l’échelle de l’agglomération.
Pour eux, c’est la politique de « droit commun » qui s’impose, c’est-à-dire la politique de la restriction de moyens budgétaires. Dans ces conditions, le règlement d’intervention de la métropole a beau être volontariste, inclure les quartiers « de veille » et cibler les bonnes thématiques, il n’en reste pas moins largement insuffisant. D’autant plus insuffisant que les 500 000 euros annuels adoptés par cette assemblée en juin se sont transformés en 150 000 euros pour 2015. Il semble que donc le gouvernement ne soit pas le seul à réduire les dotations…
Les objectifs de ce contrat de ville sont pourtant d’une importance première en ces temps de chômage de masse et de délitement du lien social. En juin nous avions rappelé l’engagement de François Hollande sur le droit de vote des résidents étrangers ; Manuel Valls l’a abandonné depuis. C’est à notre sens l’inverse qu’il faudrait tenter : refaire rentrer le droit dans tous les quartiers de la république. Droit au logement – avec une production massive et justement répartie des logements sociaux, droit à l’emploi, droit à la sécurité, droit à la citoyenneté, droit à la culture, droit à l’éducation, droit à la ville.
Monsieur le Président, l’état d’urgence sécuritaire que traverse notre pays ne doit pas faire oublier l’urgence sociale criante. Au contraire, car c’est dans ce terreau d’insécurités sociales que se complaisent l’obscurantisme et les dérives sectaires. Notre assemblée serait ainsi parfaitement légitime à réclamer que le gouvernement revienne sur ces restrictions en matière de politique de la ville.
C’est aussi le cas concernant les directives nationales qui imposent une réduction de l’encadrement des jeunes enfants dans les centres d’animation. Les animateurs des centres de loisirs de la ville de Bordeaux étaient en grève ce mercredi, pour la troisième fois cette année et ont recueillis le soutien de nombreux parents.
Voilà pourquoi nous nous abstiendrons sur cette délibération et que nous vous appelons à intervenir auprès de l’Etat pour reconnaître de nouveau les quartiers de notre agglomération dans l’urgence sociale qui est la leur. »

Featuring WPMU Bloglist Widget by YD WordPress Developer