Etrange découverte lors d’une promenade bizarre

Ecrit par radisrouge sur . Publié dans Balades

C’est vrai que j’ai parfois des idées bizarres. Ouvrir un blog par exemple, ca c’est une idée bizarre.

Tiens, un autre exemple. Il y a quelques semaines, j’ai emmené trois enfants visiter un cimetière. Evidemment, à 5, 6 et 11 ans les petites ont eu plein de questions à me poser mais les parents eux, ont fait une tête bizarre quand ils ont eu le compte rendu…

C’était à Espelette, au Pays basque. Une petite ville que j’aime bien parce qu’elle est typique sans être trop folklorique, franchement basque sans être identitaire, ouverte sans être offerte. Bien sûr, à cette période de l’année, il ne faut pas espérer se promener seul dans les rues du village… Mais je n’ai rien contre ce qu’on appelle le tourisme de masse et qui n’est rien d’autre que populaire. Et puis, au cimetière, on était seuls…

Ils ont tort les gens, les cimetières sont souvent un lieu où on apprend beaucoup ; surtout dans ce Pays où le christianisme a mis du temps à s’imposer. Première explication donc : pourquoi les tombes ne sont-elles pas en forme de croix comme ailleurs ? Puis, après plusieurs questions sur la mort, la façon d’enterrer, etc ; j’entends une réflexion qui éveille un peu plus ma curiosité. La plus grande des petites filles a de la culture : « Mais je l’ai déjà vue cette croix, c’est la croix gammée ! »

Hop, demi-tour sur les gravillons et me voici devant ceci :

Stupeur et consternation. En bonne position dans l’allée principale du cimetière, cette tombe porte un ornement bien particulier… Surprise et puis questions. Certes, la croix est à l’envers mais c’est bien la croix gammée… Partout où je racontais ensuite cette histoire, les Basques de mon entourage ne me croyaient qu’à moitié… Au fond des yeux de certains, j’ai même cru lire un certain amusement : « C’est plus fort qu’eux, ces cocos, faut qu’ils voient de fachos partout… »

Alors, j’y suis retourné et je l’ai prise en photo. Et puis j’ai fait un timide tour de l’église dans l’espoir de rencontrer un curé, une bonne sœur ou n’importe qui d’autre qui aurait pu répondre à mes questions. Mais personne… De retour à la maison, j’ai donc posé mes questions à notre ami à tous : Internet.

Oui, nous le savions déjà, l’origine de la croix basque comme de nombreuses histoires basques, est indéterminée. Une hypothèse veut qu’elle ait, comme la croix gammée, des origines hindoues. Et puis, j’apprends que dans les années 1930, alors que les partis d’extrême-droite étaient bien implantés des deux côtés des Pyrénées, certains ont tenté de transformer la croix basque, de raidir ses côtés afin qu’elle épouse les formes de la croix gammée. Une trace de cette tentative existe dans le cimetière d’Ascain, comme en témoigne la photo ci-dessous trouvée chez un autre ami, Wikipédia.

Ma tombe à moi, celle d’Espelette, n’est pas datée. Impossible donc de savoir si l’explication des années 1930 est plausible. Mais en repartant de là, je me suis demandé comment aurait réagit ma grand-mère paternelle, qui avait vu son père arrêté par la police française et fusillé dans le camp de Souge ? Elle serait rentré dans sa voiture et aurait pleuré pendant des heures, je pense. Et mon grand-père maternel, lui qui avait été déporté en Pologne quand son père prenait la direction de Buchenwald ? Il aurait traversé le champ qui sépare l’église de la mairie et aurait envahi chaque bureau jusqu’à obtenir une explication, c’est sûr.

Il faudra donc que j’y retourne. Pas pour pleurer, mon cœur n’est pas meurtri au point de ce qu’ils avaient fait à ma grand-mère. Pour demander des explications, c’est sûr. Car quelques soient celles-ci, il n’est pas normal que cette croix soit laissée libre de laisser planer un doute. Enfin, je dis ca, je ne suis qu’un étranger de passage.

 

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire