Articles marqués avec ‘pcf’

J’suis pas un chanteur de reggae

Ecrit par radisrouge sur . Publié dans La politique, c'est la vie. Ou presque

Il n’y a pas si longtemps, le PCF ambitionnait de « rallumer les étoiles ». J’étais d’accord. C’était un beau projet. Ça collait avec mes années JC pendant lesquelles je m’étais efforcé, comme m’y invitait Che Guevara, d’être « réaliste, d’exiger l’impossible ».
Du coup, vous allez dire que c’est une habitude, mais je suis légèrement troublé ces derniers jours. Il a suffit en effet qu’une ancienne première secrétaire du Parti socialiste donne une interview orchestrée pour que nombre de mes camarades changent leur fusil d’épaule et se mettent, excusez-moi pour la comparaison, à parler comme… des socialistes ! Oui oui, après l’intervention de la maire de Lille, c’est finit les étoiles, au placard les utopies, il s’agit tout d’un coup de « ne pas se faire d’illusion ».

Elle raconte les choses comme ca, Simone.

Ecrit par radisrouge sur . Publié dans Balades

Cet été, l’Humanité donne la parole à celles et ceux qui ont vécu la Libération. Ce matin, C’est le tour de Simone Rossignol, qu’on connaît bien dans la ville du Radis.

La Libération ? Simone Rossignol balaie l’évocation d’un revers de main : « C’est bien simple, je n’étais pas là. » Fermez le ban. Il faut insister un peu pour apprendre qu’avec sa sœur Paulette, l’ancienne maire de Bègles était en quelque sorte aux premières loges pour assister à la libération de Bordeaux. « Non, je n’étais pas là, insiste-t-elle, j’étais partie en Dordogne avec Paulette. » Sans nouvelles de sa fille depuis plusieurs jours, elle avait enfourché son vélo pour parcourir avec sa sœur les 120km qui sépare la banlieue bordelaise de son village près de Bergerac. Sur la route, elles croisent les maquisards du groupe Soleil, prennent des renseignements et se font héberger pour la nuit. « Toute la nuit, ça pétaradait le long de la Dordogne, ça se battait tout près de là. » Enfin arrivées chez la grand-mère, elles retrouvent la petite Nicole et assistent médusées à l’embrasement de Bordeaux. « Notre village est perché sur les coteaux de la Dordogne et le soir, on a vu un grand rougeoiement au-dessus de la ville ; c’était impressionnant. »

Le léninisme, la tribune, la brève et Leonarda

Ecrit par radisrouge sur . Publié dans La politique, c'est la vie. Ou presque, Le monde est radis

Il y a des choses étonnantes comme ca, parfois… Ce matin dans le journal local, les communistes ont à peine eu droit à une brève pour annoncer qu’ils choisissent la constitution d’une liste du Front de gauche aux prochaines municipales. Ca sera peut-être mieux demain mais aujourd’hui, c’était une brève.